top of page
  • Aude Latouche, Fondatrice AL Corporate Advice

Réussir sa communication dans les opérations de cession-acquisition


Communiquer fait désormais partie du quotidien des entreprises. Comment aborder ce sujet quand vous cédez votre entreprise? Que pouvez-vous ou devez-vous faire ou pas? Comment gérer efficacement la communication à chaque étape du processus en fonction des parties prenantes?


Les enjeux humains, juridiques et financiers sont importants, et bien que parfois négligée jusqu’à l’annonce officielle, la communication se déploie en filigrane et joue un rôle majeur tout au long du processus.


Quelques enseignements tirés de nos 25 ans d’accompagnement de dirigeants et opérations de cession-acquisition impliquant des entreprises de toutes tailles en France et à l’étranger.



1. Confidentialité, d’abord!


Paradoxalement, le premier sujet abordé en termes de communication dans les opérations de cession est … celui de la confidentialité.


La plupart des processus démarre par l’implication d’un nombre restreint d’interlocuteurs internes et externes : actionnaires-clés, directeur général et/ou financier selon les contextes, conseil d’administration, expert des cessions et acquisitions, contacts ciblés chez les acquéreurs potentiels (PDG, directeur financier ou métier dédié, voire directeur M&A dans le cadre de grands groupes structurés).


Accords de confidentialité et cercles restreints d’initiés permettent de démarrer en douceur. Nul besoin d’alerter le marché ou d’inquiéter les employés sur une opération encore loin de se concrétiser.


2. Adapter les échanges avec les acquéreurs aux phases du projet.


Les informations initiales visent à donner envie à l’acquéreur et lui permettre de concrétiser une offre (LoI ou Lettre d’intention par exemple). Sont partagés les points et enjeux essentiels et différenciants, alors que l’audit ultérieur visera à étudier en détails tous les tenants et aboutissants de l’entreprise dans ses aspects opérationnels, financiers, juridiques et humains. Sachez fournir du confort à l’acquéreur quand cela est nécessaire, et osez dire non à d’autres demandes injustifiées.


Définissez également avec votre conseil le juste milieu entre ce que vous traitez en direct et ce qui passe par lui. Trop de communication directe est souvent préjudiciable aux cédants qui n’anticipent pas l’impact de certaines demandes ou remarques sur la négociation. Trop peu de communication directe aux stades intermédiaires nuit à la qualité de la relation. Votre conseil a l’expérience de l’organisation optimale des processus d’échanges, et saura doser avec vous les cas particuliers.


3. Quelques passages obligés à respecter.


Une fois acquéreur et cédant alignés sur les aspects stratégiques, opérationnels, financiers et juridiques de l’opération, certaines obligations légales doivent être respectées, sous peine de remettre en cause la cession ou d’encourir des pénalités, notamment:


(i)Le devoir d’information des salariés instauré par la Loi Hamon et visant à faciliter la reprise par ces derniers ;


(ii)La consultation du CSE pour les entreprises qui en sont dotées ;


(iii)Les clauses spécifiques, à l’instar de clauses de changement de contrôle nécessitant l’accord du client ou du partenaire pour la poursuite de la relation dans les mêmes conditions, une fois la cession réalisée.


A noter que ces obligations marquent souvent le démarrage d’une communication au-delà du cercle restreint d’initiés. Même si l’enjeu en est principalement juridique, il s’agit d’en soigner tous les aspects humains et opérationnels, en insistant sur le bien-fondé du projet industriel dès que cela est opportun et possible.


4. Le démarrage d’une nouvelle histoire au closing.


Moment du transfert de propriété, le closing marque une étape de communication clé. Quelques jours avant ou juste après selon l’entreprise, ont lieu à large échelle les premiers échanges entre acquéreur et employés. Préparer un discours commun entre acquéreurs et cédants est indispensable.


Répondez de façon honnête et bienveillante à toutes les questions, y compris sur des aspects pratiques tels que les conditions de travail, rémunérations, avantages sociaux, un éventuel déménagement, et autres évolutions possibles. Séance plénière, moments de convivialité et échanges individuels se complètent pour une communication optimale.


Suite au closing, a lieu en parallèle l’information au marché via les éventuels communiqués de presse, courriers dédiés, relais dans les médias ou les réseaux sociaux. La communication porte d’autant plus ses fruits qu’acquéreurs et cédants se coordonnent de façon précise et détaillée au mieux de leurs meilleures pratiques et connaissances : qui fait quoi, quand, avec qui, pour dire quoi, comment.


QUOI D’AUTRE?


Répétez … encore et encore! Pensez à multiplier échanges formels et informels aussi bien auprès des employés, clients que partenaires afin que chacun s’approprie le nouveau contexte.



Réussir sa communication dans les opérations de cession acquisition
Communication M&A

Pour obtenir la version pdf de cet article, contactez-nous!


Pour approfondir le sujet, découvrez le livre Le Plan de communication dans lequel nous avons contribué

 

AL Corporate Advice est un cabinet de conseil en cession-acquisition dédié aux entreprises patrimoniales. Nous allions expertise d'affaires et techniques d'accompagnement pour répondre aux besoins de l'entreprise et de ses actionnaires-dirigeants au delà de l'opération envisagée. Nous mettons l'accent sur l'usage de méthodologies agissant sur de multiples dynamiques (stratégie, finance, accompagnement des dirigeants) et ce, dans un unique objectif : offrir aux actionnaires-dirigeants les moyens de réaliser leur vision entrepreneuriale. Echanger avec vous, nourrir votre réflexion et trouver des solutions sont nos leitmotiv au quotidien.





Copyright Aude Latouche / AL Corporate Advice - Crédit photo Shutterstock

Commenti


bottom of page